Souveraineté de Dieu ou liberté de l’homme?

Les chrétiens (et les non-chrétiens!) se posent la question « Quel est la relation entre la souveraineté de Dieu et la liberté de l’homme? » Si l’homme est vraiment libre, comment est-ce que Dieu peut agir dans l’histoire? Et si Dieu n’agit pas dans l’histoire (autrement dit, l’homme est « complètement » libre) à quoi sert de prier (par exemple)?

La Bible affirme les deux: Dieu est en même temps souverain et nous sommes responsables pour nos choix. Souvent on voit just un côté de cette médaille, mais, parfois on voit les deux côtés en même temps. Tel est le cas de Roboam en 1Rois 12:

Roboam se rendit à Sichem, car tout Israël était venu à Sichem pour le faire roi.

Lorsque Jéroboam, fils de Nebath, eut des nouvelles, il était encore en Egypte, où il s’était enfui loin du roi Salomon, et c’était en Egypte qu’il demeurait. On l’envoya appeler. Alors Jéroboam et toute l’assemblée d’Israël vinrent à Roboam et lui parlèrent ainsi: Ton père a rendu notre joug dur; toi maintenant, allège cette rude servitude et le joug pesant que nous a imposé ton père. Et nous te servirons. Il leur dit: Allez, et revenez vers moi dans trois jours. Et le peuple s’en alla.

Le roi Roboam consulta les vieillards qui avaient été auprès de Salomon, son père, pendant sa vie, et il dit: Que conseillez-vous de répondre à ce peuple? Et voici ce qu’ils lui dirent: Si aujourd’hui tu rends service à ce peuple, si tu leur cèdes, et si tu leur réponds par des paroles bienveillantes, ils seront pour toujours tes serviteurs. Mais Roboam laissa le conseil que lui donnaient les vieillards, et il consulta les jeunes gens qui avaient grandi avec lui et qui l’entouraient. Il leur dit: Que conseillez-vous de répondre à ce peuple qui me tient ce langage: Allège le joug que nous a imposé ton père? 10 Et voici ce que lui dirent les jeunes gens qui avaient grandi avec lui: Tu parleras ainsi à ce peuple qui t’a tenu ce langage: Ton père a rendu notre joug pesant, et toi, allège-le-nous! tu leur parleras ainsi: Mon petit doigt est plus gros que les reins de mon père. 11 Maintenant, mon père vous a chargés d’un joug pesant, et moi je vous le rendrai plus pesant; mon père vous a châtiés avec des fouets, et moi je vous châtierai avec des scorpions[a].

Ainsi, on voit Roboam devant un choix. Le peuple de Dieu aussi est en train de faire un choix (voir verset 1) mais, il y a un « papillon » qui peut causer du trouble: Jéroboam. Que va-t’il se passer?

La réponse se trouve dans le chapitre précedent, dans 1Rois 11:

11 Et l’Eternel dit à Salomon: Puisque tu as agi de la sorte, et que tu n’as point observé mon alliance et mes lois que je t’avais prescrites, je déchirerai le royaume de dessus toi et je le donnerai à ton serviteur. 12 Seulement, je ne le ferai point pendant ta vie, à cause de David, ton père. C’est de la main de ton fils que je l’arracherai. 13 Je n’arracherai cependant pas tout le royaume; je laisserai une tribu à ton fils, à cause de David, mon serviteur, et à cause de Jérusalem, que j’ai choisie.

On voit donc que Dieu est juste et souverain pour garder ses promesses faites à David et, en même temps, comme un bon père, il applique des conséquences à la folie de Salomon.

Évidement, il y a bien d’autres exemples. Récemment je lisais 2Sam 24 où on voit Dieu appliquer des conséquence à la rébellion des Israëlites:

1 La colère de l’Eternel s’enflamma de nouveau contre Israël, et il excita David contre eux, en disant: Va, fais le dénombrement d’Israël et de Juda.

2 Et le roi dit à Joab, qui était chef de l’armée et qui se trouvait près de lui: Parcours toutes les tribus d’Israël, depuis Dan jusqu’à Beer-Schéba; qu’on fasse le dénombrement du peuple, et que je sache à combien il s’élève. 3 Joab dit au roi: Que l’Eternel, ton Dieu, rende le peuple cent fois plus nombreux, et que les yeux du roi mon seigneur le voient! Mais pourquoi le roi mon seigneur veut-il faire cela?


Quelle est la conclusion de tout ça?

On doit agir comme si tout dépendait de nous (donc vivre une vie en accord avec la volonté de Dieu) mais avoir la paix et la joie sachant que Sa bonne, gracieuse volonté sera finalement faite!

Par contre, en attendant ce jour là parfait, on doit garder la patience et la foi.

Comment garder la patience et la foi? En vivant en communion avec le Père, le Fils, et le Saint Esprit, en étant un avec Son église tel que Jésus nous l’a demandé en Jean 17:21:

[…] afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s